La sécurité de vos données en ligne et les logiciels de sécurisation

Chaque jour, vos données personnelles circulent sur le web, avec votre accord ou non. Le traitement de ces données est régi par la loi relative à la protection des données à caractère personnelles. Le RGPD définit le principe de gestion et de destruction de ces données. Mais, en compléments, de multiples approches existent pour renforcer cette protection. Ainsi, nous vous invitons à découvrir les mesures possibles pour assurer la data protection de vos données personnelles.

Les outils pour renforcer la sécurisation de vos données en ligne

Vos moments passés sur le web mettent en péril la confidentialité de vos données. Ingénieusement, des solutions pratiques existent pour renforcer la protection de vos données à caractères personnelles. Ces outils vous permettent d’utiliser internet d’une manière plus sûre et plus sécurisée. Voici la liste des produits indispensables pour assurer la protection et la confidentialité de vos données personnelles :

  • Les VPN ;
  • Le CyberGhost ;
  • L’ExpressVPN ;
  • L’Hotspot Shield ;
  • Le NordVPN ;
  • Le Perfect PRivacy ;
  • Le Private Internet Access ;
  • TunnelBear ;
  • Et ZenMate…

Outre que ces outils, la loi informatique et liberté assure la data protection des données personnelles, convoitées et exploitées par les diverses entreprises de la communication et les entreprises pharmaceutiques.

Le RGPD et la destruction des données

Le RGPD ou Règlement Général sur la Protection des Données, en vigueur depuis le 25 mai 2018, est une loi relative au traitement et à la gestion des données à caractères personnelles. Elle est en vigueur en Europe et régit la collecte et le traitement des données personnelles de toute personne physique et citoyen vivant dans les zones de l’Union européenne.

Au titre du RGPD destruction de données, les entreprises sont alors tenues de garantir la sécurité des données personnelles qu’ils ont récoltées pendant le ciblage publicitaire, ou pendant leurs suivis clientèles par exemple. Cette sécurisation doit rester opérationnelle le long du cycle de vie des matériels et des logiciels. Après un certain laps de temps, les organismes doivent passer à la destruction de ces données à caractères personnelles.

En outre, tout citoyen dispose du droit à l’effacement de ses données personnelles en ligne. Chacun de vous a l’entière liberté de demander la suppression de données à caractères personnelles vous concernant. Cette action est régie par une règlementation stricte définie par la loi informatique et liberté.

Combien de temps sont conservées les données personnelles ?

Défini dans le RGPD destruction des données, les entreprises sont soumises aux obligations du règlement européen sur la gestion et le traitement des données à caractères personnels. Elles doivent alors respecter les délais de conservation, de sécurisation et de destruction des données. Les données personnelles des personnes inactives conservées dans chaque base de données doivent être détruites au bout de 36 mois, soit 3 ans. Cette règlementation est relative au droit à l’oubli.

L’entreprise est aussi tenue de redemander à chaque visiteur de site web leurs consentements sur l’utilisation des cookies. Elle est également obligée de mettre à jour les données personnelles. Concernant les informations sur les candidats non retenus pour l’embauche, celles-ci doivent être détruites après deux ans après votre dernier contact. Quant aux données personnelles des salariés, leur durée de conservation est limitée à 5 ans après la fin des contrats.

Le cycle de vie des données à caractères personnelles

Avant toute suppression, le traitement des données passe par plusieurs phases. À chacune de ces phases, leurs sécurisations restent importantes. Dans un premier temps, il y a la conservation en base active : c’est le laps de temps nécessaire pour la réalisation de l’objectif, la finalité du traitement qui justifie la collecte de donnée. Il peut s’agir d’enquête ou d’analyse diverse (à valeur communicationnelle ou publicitaire, en recherche scientifique…).

Ensuite, il y a l’archivage intermédiaire. Cela concerne les informations à forte valeur et à fort intérêt, à archiver de manière définitive. Mais, pour conserver la protection des données à caractères personnelles, tout en gardant la valeur de l’enquête, les titres deviennent anonymes.

 

Vous aimerez aussi...